Start-up : HiFiBiO lauréate du concours Création Développement 2013 d’Oseo

  Version imprimable de cet article RSS
21/08/2013

Logo de HiFiBiO

Désormais soutenue financièrement par Oseo, HiFiBiO est une toute nouvelle start-up hébergée à l’ESPCI ParisTech. Elle a été cofondée par Andrew Griffiths et Jérôme Bibette notamment, tous deux professeurs à l’Ecole. Son objet ? Commercialiser de nouvelles méthodes de criblage à ultra haut débit pour découvrir de nouveaux médicaments et bio-marqueurs, plus efficacement, plus vite et à moindre coût. Au cœur du dispositif, le nouveau laboratoire de Biochimie de l’ESPCI ParisTech, et ses talents.

HiFiBiO : High Fidelity Biology

Derrière ce nom intriguant, une start-up fait parler d’elle. A la croisée de sciences et technologies innovantes, elle s’appuie sur des compétences internationalement reconnues en microfluidique, épigénétique, séquençage de nouvelle génération et bioinformatique. Son cœur d’activité ? La fourniture de solutions fondées sur des technologies brevetées pour la découverte de diagnostics, de médicaments et de bio-marqueurs de nouvelle génération.

A propos d’Oseo
Oseo est une entreprise publique qui finance les PME françaises pour l’emploi et la croissance. Elle accompagne les projets d’innovation ayant des perspectives concrètes de commercialisation : nouveaux produits, nouveaux procédés ou nouveaux services. Elle est désormais intégrée à la Banque Publique d’investissement (BPI). Oseo irriguera HiFiBiO à hauteur de plusieurs centaines de milliers d’euros.

La révolution de la microfluidique en gouttes

La microfluidique en gouttes est un tout nouveau système de criblage à ultra haut-débit. Cette opération automatise et accélère des étapes de mise en contact de molécules potentiellement actives avec un système biologique, une cellule, ici isolée au sein d’une goutte. Cette technique permet de tester sa réaction et de mesurer ainsi l’efficacité d’un agent actif. Dans ce système, les volumes réactionnels peuvent être miniaturisés jusqu’à un million de fois, en comparaison aux analyses classiques mises en œuvre dans les plaques de microtitration. A la clé : des diagnostics d’une très grande finesse, une rapidité d’analyse hors du commun et des coûts incroyablement réduits. A titre d’exemple, dans le cadre d’un dépistage réalisé avec un robot traditionnel, l’analyse de 50 millions de réactions prendrait deux ans et couterait 16 millions €. Avec la microfluidique en gouttes, elle dure une journée et revient à moins de 3 $ !

Andrew Griffiths : chercheur et serial entrepreneur

Après sa thèse soutenue en 1988 à l’université de Leicester (Royaume-Uni) Andrew Griffiths rejoint le laboratoire de Biologie Moléculaire du Medical Research Council de Cambridge où il développe une technique de sélection d’anticorps humains à visée thérapeutique. Cette innovation donne lieu à la création de deux entreprises à succès, Cambridge Antibody Technologies et Domantis, et à la commercialisation de nouveaux médicaments. Au cours des années 2000, il collabore avec Dan Tawfik et développe avec lui des techniques de compartimentation in vitro fondées sur l’utilisation d’émulsions de gouttes d’eau dans l’huile. Cette innovation aboutira à la création d’une nouvelle entreprise, RainDance Technologies, avec Jérôme Bibette notamment, et au lancement du premier système de microfluidique digital. Il rejoint en 2005 l’Institut de Science et d’Ingénierie Supramoléculaires de Strasbourg (Isis) où il développe la microfluidique en gouttes pour l’évolution dirigée d’enzymes, le criblage haut-débit de principes actifs et le diagnostic. Nommé professeur à l’ESPCI en 2011, il y crée le laboratoire de Biochimie l’année suivante.

JPEG - 33.8 ko
Une partie de l’équipe du laboratoire de Biochimie réunie autour d’Andrew Griffiths Crédits : ESPCI ParisTech

Le laboratoire de Biochimie conjugue les talents

C’est une grande équipe pluridisciplinaire et interculturelle qu’a réunie Andrew Griffiths autour de lui. Les biologistes y côtoient des chimistes et des physiciens mobilisés par la mise en œuvre de la microfluidique en goutte. Vingt-cinq personnes et une demi-douzaine de nationalités différentes se côtoient. Préparation des réactifs, préparation des gouttes et des différents types de cellules, développement de tests de détection biologique (par exemple basé sur la génération et la détection d’un signal fluorescent) et exploitation des résultats… Tous les talents sont mobilisés par cette technique qui permet d’accomplir une grande variété d’opérations et de progresser en biologie évolutive, bioprocédés, diagnostic ou médicament…

Le Fonds de l’ESPCI-Georges Charpak a pris une participation dans l’entreprise, qui est incubée à l’Ecole.

A consulter :

Le site du laboratoire de biochimie
Le site de HiFiBiO
Le site de la Banque Publique d’Investissement



Glossaire

microtitration
La microtitration, également connue sous le nom de titrage, est une méthode de laboratoire utilisée pour déterminer la concentration d’une substance identifiée (antibiotiques, anticorps, virus…). Elle se caractérise par de faibles volumes de réactif (0.05 ml), l’utilisation de pipettes et de plaques où se trouvent jusqu’à 96 contenants. > En savoir plus



ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES DE LA VILLE DE PARIS
10 Rue Vauquelin, 75005 Paris